lundi 25 avril 2016

Ils ont achevé Daarkom

.
.
..Larbi Khetouta et les politiciens khoubzistes ont tué Daarkom



---------------------------------

 avec ça, Ahidar se fout de votre gueule!!!

Ca y est: ce que je disais et écrivais depuis des années vient hélas, de se "réaliser": DAARKOM A CESSE D'EXISTER!!!

Le 30 juin prochain, Khetouta et Ahidar, fossoyeurs de ce centre flamando - marocain, situé en plein centre  bruxellois, vont rendre les clés de ce  lieu mythique, au propriétaire des lieux.

Progressivement, l'ensemble du personnel administratif a été licencié: directeur, secrétaires et autre régisseur...

Un obscur local situé à la rue des Pierres, (trois petites pièces et un cour), non loin de la prestigieuse "La Vielle Belgique", a été loué par Mohamed Larbi Khetouta et le trésorier Fouad Ahidar (Vice président du parlement bruxellois), pour abriter les rescapés de Daarkom...

Les deux gugusses accusent ouvertement le Maroc de ne pas avoir honoré ses engagements financiers, accentuant ainsi les difficultés de cette maison.

La location du local de la rue des Pierres va coûter le même montant que le loyer que les "dirigeants" de Daarkom payaient au propriétaire de l'immeuble "La Gaité", qu'ils s'apprêtent à quitter, en silence et sans rien annoncer aux milliers de personnes qui avaient été conviées, il y a 5 ans, à l'inauguration de cette prestigieuse réalisation

D'après nos informations, le propriétaire des lieux a formulé de nombreuses demandes aux "responsables de Darrkom"

Et entre autres:

1- Le paiement du loyer des trois années qui demeurent redevables de par le bail commercial signé avec lui par les locataires. Ce qui revint à parler d'un montant de plus d'un million d'€ (30000 € de loyer par mois multiplié par 36)

2- La remise des lieux dans l'état original tels qu'ils ont été loués. Autrement, démolition de tous les aménagements et de toutes les transformations qui avaient coûté la peau des fesses tant au contribuable marocain qu'au payeur belge des impôts.

Le cafétaria géré par voie de location à Daarkom par Bachiri Redouan va être évacué également le 30 août de cette année

Monsieur Bachiri (hôtelier et journaliste), qui avait investi des montants non négligeables pour mettre en place le restaurant - cafétaria de Daarkom, perdra l'essentiel de ses investissements à l'occasion de ce désastre sans nom.


C'était d'ailleurs lui qui permettait par l'installation de ce cafétaria à des dizaines de personnes de continuer à visiter Daarkom

Car en termes d'activités culturelles, seules celles promouvant les projets et l'ego surdimentionné de Mohamed Larbi Khetouta trouvaient grâce aux yeux du Conseil d'administration composé d'associatifs habitués à des activités dans des caves obscurs de l'immigrationnisme misérabiliste 

Tout y est passé: expos des cartes postales de la collection de Larbi Khetouta, des timbres de Larbi Khetouta de l'association Ibn Batouta présidée par Larbi Khetouta...La mise à l'honneur des amis de Larbi Khetouta (commémoration du commerçant Mohamed Mechbal) etc...

Les activités annoncées au départ de la création de ce prestigieux centre situé à la sortie de la célèbre Rue Neuve et faisant face à l'Opéra de la Monnaie, n'ont jamais vu le jour.

Ces activités qui étaient censées permettre vla rencontre et l'échange entre des jeunes créateurs flamands de Bruxelles et des artistes marocains de la capitale ont été remplacées par des soirées promotionnelles ayant favorisé des troupes et des individus venant du Maroc...(avec dessous de tables, comme cela se doit)

L'homme de Testelt (Khetouta), village perdu dans le fin fonds des bois de la région d'Aerschoot, ne connait que cette culture là: celle de Mohamed Al Jemm, de Najat Atabou, Abderrahim Souiri...etc...

Par sa symbolique bruxelloise, l'immeuble Daarkom, jadis fréquenté, comme prestigieux cabaret de la capitale, par des grands noms de la chanson francophone (Gilbert Bécaud, Line Renaud, notamment) avait donné l'espoir de sortir les Marocains de la Capitale de leur condition culturelle marginale et laissée pour compte

Avec l'enterrement de Daarkom, les minables "dirigeants" de cette réalisation, viennent de commettre un crime abject à l'encontre de cette communauté

Ils ont bien choisi leur moment...après les attentats de mars 2016...  



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire