mercredi 18 mai 2016

Les ascensions prophétiques doivent être creusées

.
Vite, une "fatwa" contre Zeguendi 


Tout d'abord, je vous livre l'objet de la "polémique" que "je prends le risque" de lancer, à savoir: 

Le voyage du prophète Muhammad vers le ciel




L'isrâ' (en arabe إسراء « voyage nocturne », venant du verbe سرى [sara'a], « voyager la nuit ») est, pour les musulmans, le voyage nocturne du prophète Muhammad de La Mecque à Jérusalem. 

Il est suivi par le mi`râj (معراج, « Ascension »), moment où Muhammad monte aux cieux en compagnie de l'ange Gabriel sur une monture appelée Bouraq (بُرَاق) après être allé sur le mur du temple à Jérusalem. 

La tradition situe cet événement le 27 rajab de l'an 2 avant l'hégire, soit autour de l'année 620 de l'ère chrétienne ; l'anniversaire de l'événement est célébré durant la « nuit de l'ascension » (Lailat al-Miraj).

Le Coran dit dans le verset 1 de la sourat XVII:

« Gloire à celui qui a fait voyager de nuit son serviteur de la Mosquée sacrée à la Mosquée très éloignée dont nous avons béni l'enceinte, et ceci pour lui montrer certains de nos Signes. 

Dieu est celui qui entend et qui voit parfaitement. »

— Coran, XVII, 1, Traduction D. Masson.
  ---------------



Ces repères étant apportés, il faut savoir qu'une autre ascension, s'étant produite avant celle du prophète de l'islam, a eu pour héros, le Christ en personne:



Elle est fêtée par les Chrétiens du monde entier et figure même dans le calendrier grégorien ...



L'Ascension a lieu le quarantième jour après Pâques 
le Vendredi saint : Jésus est crucifié
le dimanche de Pâques : Jésus est ressuscité (le troisième jour)
le jeudi de l'Ascension : Jésus monte au ciel (le quarantième jour) 




 Le jour de l'ascension, c'est l'adieu de Jésus qui se sépare de ses disciples.



-----------------------------

 Analyse

Pour quelles raisons, l'ascension du prophète Muhammad eut lieu en deux temps ?
A savoir:  

1- le voyage nocturne de la Mecque à Jérusalem (Al Israe)
2- La montée aux cieux  du messager de l'islam, à partir du Mont du temple (Al Mi'raj)

Nul n'est en mesure de donner une explication autre que théologique et dogmatique à cet événement ....

Et pourquoi, alors qu'aucune mosquée n'était encore érigée à Jérusalem, ( la mosquée a commencé à être bâtie en 637 par le deuxième calife Omar ibn al-Khattâb), le prophète a effectué un très long périple qui le mena nuitamment de la Mecque à Jérusalem ?

Lorsqu'on sait que la distance entre la Mecque et la ville sainte de Jérusalem dépasse les 1500 kilomètres ( 1.780,5 km via la route), il est clair que ce voyage a duré plus qu'une seule nuit si l'on tient compte des moyens de locomotion en usage à cette époque

En conséquence, le voyage en lui même, n'a pas dû être effectué exclusivement durant la nuit, s'il a été exécuté à pied ou à dos de chameau...

Nul ne peut apporter des précisions au sujet de ce voyage, pour ce concerne le nombre de personnes ayant fait partie de l'escorte du prophète Muhammad

Si le Coran, hormis le verset 1 de la sourate Al Mi'raj, cité ci dessus, n'apporte aucune précision sur ce périple qui conduisit le prophète de la Mecque à Jérusalem, en revanche il décrit l'ascension, en précisant que ce fut sur le dos de la jument ailée Al Bouraq que le prophète de l'islam a effectué sa montée aux cieux.

Le voyage de retour vers la Mecque n'est nullement évoqué dans le Coran et nul ne sait dire si ce retour s'est effectué en deux étapes comme le fut l'aller, ou si le prophète a regagné la Mecque sans une escale par Al Qouds

Le livre saint de l'islam ne fournit aucune explication sur le choix de Jérusalem comme rampe de lancement vers le ciel de ladite jument, montée par le prophète...

Ces questionnements étant posés, et sachant que les Musulmans, malgré leur "solidarité" avec les Palestiniens qui revendiquent aujourd'hui la partie Est de Jérusalem, n'ont quasi jamais éprouvé le besoin ou l'envie de déferler sur Jérusalem, comme ils le font par millions chaque année lors du Hajj, il n'est pas interdit de penser que ce soutien pro palestinien revêt davantage un acte politique qu'un engouement spirituel.

En apportant ces réflexions, je m'attends de bien entendu, à ce que les plus endurcis parmi les adeptes de la théorie du complot sioniste, me "dénoncent" comme agent d'influence de l'état d'Israël.

Mais ces dénonciations, outre qu'elles ne mangent pas de pain, deviennent de plus en plus suspectes  et risibles, venant d'individus qui n'ont, en dehors du verbe creux et improductif, rien apporté de concret à la cause palestinienne.  

1 commentaire: