mardi 28 juin 2016

Daarhom...va passer à la caisse

.
.
...Daarkom ou Dollarkom



Talents MRE, laissez moi rire!!!!


Le couperet vient de tomber...

Le propriétaire du bâtiment qui héberge Daarkom, pour quelques jours encore, a exigé son dû

Le 30 juin, Khetouta et ses malades mentaux doivent quitter l'immeuble, la queue entre les jambes

Mais ce déguerpissement va coûter la peau des fesses au contribuable bruxellois...

Admirez :

2 millions d'€ sont demandés par le propriétaire pour la remise en état des lieux tels qu'ils se trouvaient avant l'arrivée des cons finis que sont Fouad Ahidar, Najat Saadoune, Larbi Khetouta et consorts.

Près de la moitié de ces 2 millions couvrira les seuls frais de l'enlèvement de l'ascenseur et son remplacement par un escalator....

Escalator qui se trouvait là bien avant l'invasion des Arabes et des Amazigh...

Le reste servira à modifier le décor, les parquets et les boiseries "bouffées" par les mites (et le mythe d'un centre culturel marroco flamand)

Ironie du sort: ce bâtiment qui appartient à la Communauté flamande avait été loué par bail emphytéotique à un privé, lequel privé le sous loua à la bande de Daarkom....financée par la Communauté néerlandophone

Vous avez compris que la communauté néerlandophone recevait d'une main le loyer payé par ce propriétaire et s'empressait de le verser à Daarkom, qui elle à son tour le payait, beaucoup plus grassement, à ce même propriétaire

Le Maroc est sollicité par Khetouta pour mettre la main à la poche pour contribuer à rembourser les frais de ce fiasco...

Ceci au moment où Birou (le ministre de nous autres) se vante toujours des réalisations marocaines en Europe....

Si dans la salle il y a quelqu'un qui peut m'en citer une de réalisation, qu'il lève le doigt...

- Ah, vous là bas monsieur, oui je vous écoute:

- Non, c'est pour demander l'autorisation d'aller ch....

Avec ses activités personnelles à la con (expo de cartes postales de Tanger, de timbre de Tanger, édition du livre de l'herboriste Khettouta...etc ), Khettouta a contribué à vider les caisses de cette oeuvre sur laquelle beaucoup d'artistes flamands et marocains avaient posé beaucoup d'espoirs

Et ce n'est pas fini

1 million d'€ est réclamé par ce même propriétaire pour cause de rupture unilatérale de bail...

Au total 3 millions à cracher par les "dirigeants de ce gouffre à sous du contribuable"

Ceci sans compter la remise en état du nouvel immeuble acquis à la rue des Pierres, immeuble qui va héberger des types dont la place serait davantage mieux en prison pour dilapidation de biens publics, gabegie et mauvaise gestion.

Cette faillite vient confirmer si besoin en était encore, la totale incapacité et l'entière irresponsabilité des baltaja du Maroc, qui se sont transformés avec le temps en tabbala et ghayyata du Makhzen 




1 commentaire:

  1. Et l'incapacité de la Flandre à gérer ce bien à Bruxelles !

    RépondreSupprimer