jeudi 8 septembre 2016

Agression caractérisée contre un belgo marocain...de 76 ans...

.
...Lors d'une rencontre organisée à Bruxelles,  par le ministre marocain Anis Birou


Tout d'abord, plantons le décor

Monsieur Anis Birou, ministre chargé de la communauté marocaine à l'étranger arrive le 6 septembre à Bruxelles pour rencontrer le ministre flamand bruxellois de la culture, Monsieur Sven Gatz.

Objet de la rencontre: fermer définitivement le dossier du Centre culturel marocco flamand de Bruxelles Daarkom et lui substituer un nouveau centre culturel Daarna, nettement moins ambitieux et destiné surtout à sauver la face et à caser les anciens administrateurs de Daarkom

Notons que Daarkom qui a fait faillite en raison de l'incompétence extrême des personnes marocaines à qui il a été confié, doit s'acquitter de 3 millions d'€ au propriétaire des lieux (2 millions d'€ pour la remise en état des lieux et un million pour rupture unilatérale du bail par les locataires)....

Ace jour, nul ne sait comment les responsables marocains et flamands vont s'y prendre pour s'acquitter de cette énorme ardoise

Faisant comme si de rien n'était et sans donner la moindre explication ou justification au sujet de ce désastre, le ministre Birou et les responsables de Daarkom, décident de louer un hangar non loin du prestigieux cabaret art - déco qui accueillit Daarkom et d'y installer les anciens administrateurs responsables de ce fiasco

C'est que la nouvelle acquisition (le hangar de Daarna) qui va engloutir des centaines de milliers d'€, présente un intérêt pour ses promoteurs....un intérêt en retour de deniers...

Sinon comment expliquer la venue d'un ministre marocain à Bruxelles pour signer le contrat de la nouvelle entité, en sachant que son excellence ne dispose que de 3 semaines de présence au sein d'un gouvernement sortant (les élections marocaines vont avoir lieu le 7 octobre prochain). ?

Et pourquoi, dare dare, ce ministre qui devait laisser le soin à son successeur de continuer la gestion de ce dossier durant la législature qui démarrera à partir d'octobre prochain, s'est il précipité pour procéder à la signature de cette convention ? 

Poser la question c'est y répondre...

Toujours est il et pour masquer l'objet de cette visite, à savoir la signature de la convention de Daarna, le ministre a organisé une conférence le soir du 6 septembre, en lui accolant un thème en vogue par les temps qui courent, à savoir: comment lutter contre le radicalisme et le terrorisme ?

Le décor étant posé, passons au déroulement de la rencontre du soir qui se déroula au Hotel, ex Hilton de Bruxelles

Après les interventions des deux ministres - Sven Gatz, bien que flamand, s'est exprimé en français par courtoisie pour l'assistance- la parole est donnée à la salle.

Sans hésiter un instant, le belgo marocain EL ARABI AMZUR, originaire de Tétouan, et commerçant très connu en Belgique, prend la parole, pour exposer un problème qui l'oppose à la banque Chaabi de Belgique.

Sans entrer dans le détail et le fonds de ce conflit, signalons que face à ce que les organisateurs estimaient comme une intervention hors thème de la soirée, ces derniers ont demandé à Monsieur Amzur de rendre le micro et de s'abstenir d'exposer un problème qui ne figurait pas à l'ordre du jour de la rencontre

Face au refus de Monsieur Amzur d'obtempérer à cette injonction, estimant qu'il est du devoir de Monsieur Birou, chargé de la communauté marocaine à l'étranger de l'écouter jusqu'au bout, les organisateurs font appel aux services de sécurité de l'hôtel (des vigiles venant du privé), pour évacuer par la contrainte le septuagénaire.

La scène que vous pouvez visionner sur la vidéo ci jointe, n'a pas besoin davantage d'explication, puisqu'elle montre l'extrême violence avec laquelle ces vigiles, aidés de certaines personnes de l'assistance ont opéré pour "mettre dehors" le vieillard récalcitrant.

Que pouvons nous tirer comme conclusions de cet incident autant malheureux que préjudiciable à l'image de l'état marocain?

Et c'est sous formes de questions que nous fournissons notre lecture de ces faits graves:

1- Pourquoi la centaine de personnes présentes à cette rencontre ne se sont pas indignées face à cette agression? 

Posons la question qui doit être posée: Qui procède, comme d'habitude, à la sélection des personnes qui sont régulièrement les mêmes, à être conviées à ce genre de manifestation? La réponse est claire: ce sont les services consulaires marocains qui ont la haute main sur cette opération de tri rigoureux.

Et ce sont ces services qui procèdent toujours à l'invitation de marocains de Belgique, dont le profil baltaji (gros bras) est connu de l'ensemble de la communauté marocaine du plat pays 

2 - Pourquoi, au lieu de tenter de calmer Monsieur Amzur dont la maison à Tetouan a été saisie par la Banque Chaabi, le ministre et ses collaborateurs ont préféré faire appel à la sécurité avec les dommages très graves qui ont marqué cette intervention musclée et particulièrement brutale ?

3 - Pourquoi, alors que durant plus de 50 ans, ce travailleur immigré, devenu commerçant grossiste par la suite, a été traité de cette manière. ?

Ceci alors que l'ensemble des membres de la communauté marocaine de Belgique lui reconnaissent un dévouement sans fard aux fondamentaux de son pays d'origine et s'étonnent des méthodes employés à l'encontre d'un ressortissant marocain qui a fait venir des milliers de containers de marchandises du Maroc et contribué ainsi, comme des millions d'autres, à faire fonctionner la machine économique de son pays d'origine ? 

4 - Pourquoi, le représentant du site HESPRESS, arrivé dans les bagages du ministre Birou n'a pas cru utile de produire pour les lecteurs de ce site, la grave agression dont Monsieur Amzur à été l'objet....Ceci alors que des dizaines de sites citoyens de même que des organes de la presse belge ont rendu compte de ce grave incident ?

Le premier vecteur d'information belgo marocain à avoir popularisé cette atteinte flagrante à l'intégrité physique de ce marocain septuagénaire, se trouve être la nouvelle chaîne Radio - Télé "Al Mouwatin", dont le correspondant sur place, le journaliste Mohammed Bahassi a immortalisé les séquences de cette agression

Un sit in est en préparation devant l'ambassade du royaume du Maroc à Bruxelles pour protester contre l'humiliation dont a été victime Monsieur Amzur El Arabi

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire