vendredi 22 janvier 2021

Les Musulmans de France et d'autres pays européens...


La Belgique partage la pension du résident marocain entre toutes ses femmes: un vrai scandale 

doivent faire primer les principes constitutionnels sur leur foi, comme le firent les Juifs de France



1807, Napoléon convia une assemblée de 111 notables juifs nommés par les préfets, puis réunira durant un mois un grand Sanhédrin (réunion des grands rabbins) de manière à recevoir des réponses claires et sans ambiguïté à une série de questions :


 
-«Est-il licite aux juifs d’épouser plusieurs femmes?»


-«Le divorce est-il permis par la religion

 juive?»


-«Une juive peut-elle se marier avec un chrétien et une chrétienne avec un juif?»


-«Les juifs nés en France et traités par la loi comme citoyens français regardent-ils la France comme leur patrie?


 Ont-ils l’obligation de la défendre ? 


Sont-ils obligés d’obéir aux lois et de suivre les dispositions du Code Civil?»


-«Qui nomme les rabbins?» 
 
Respecter les règles du Code civil


La réponse des représentants laïcs et religieux du judaïsme sera unanime:



Aux deux premières questions, la réponse donnée sera la suivante : «Il est défendu aux Israélites de tous les Etats où la polygamie est prohibée par les lois civiles, d’épouser une seconde femme du vivant de la première, à moins qu’un divorce avec celle-ci, prononcé conformément, aux dispositions du Code Civil et suivi du divorce religieux, ne les ait affranchis des liens du mariage.»


 
La question la plus épineuse avait trait aux mariages mixtes. Elle donna lieu à de vives discussions entre les rabbins et laïcs.



Le grand Sanhédrin déclare finalement que «les mariages entre israélites et chrétiens, contractés conformément aux lois du Code civil, sont valables ; bien qu’ils ne soient pas susceptibles d’être revêtus de formes religieuses, ils n’entraîneront aucun anathème».


 
A la question de l’attachement des juifs à la France, la réponse sera également unanime : 



«La France est notre patrie, les Français sont nos frères». «Les juifs sont prêts à défendre la France jusqu’à la mort». Ce qu’ils feront lors des deux grands conflits mondiaux au XXe siècle


Analyse


Les Européens de confession musulmane seront ils aptes à faire primer les principes constitutionnels en vigueur en Europe sur les fondements de leur foi et des pratiques ancestrales qui en découlent?



Probablement:  A la condition que de leur côté, les institutions des états européens accompagnent leurs efforts pédagogiques et ceux ayant trait à l'éducation citoyenne en direction des Musulmans,  d'une fermeté sans concession, quant au respect de ces principes par les européens de confession musulmane.


Or, si dans les discours politiques, cette exigence apparaît comme établie, il n'en est rien dans la réalité:


Prenons le cas de la Belgique qui, tout en interdisant les pratiques polygames, se conforme à l'accord signé avec le Maroc et accepte le partage de la pension de veuve d'un musulman entre autant de femmes  que ce dernier a épousées de son vivant.



De même que, s'agissant de l'octroi des  allocations familiales, la même Belgique accorde ce droit à tous les enfants du résident musulman présent legalement sur son sol, quand bien même ces enfants sont nés de plusieurs mariages de l'intéressé 


Si ces attitudes adoptées par les autorités belges ne constituent pas une acceptation déguisée du fait polygame, il s'impose de lui trouver un qualificatif qui ne soit pas hypocrite dans le chef de ces autorités. 


Il est important aujourd'hui d'interpeller le gouvernement belge en la personne de sa ministre des pensions, Karine Lalieu, pour mettre un terme à cette hypocrisie en abrogeant l'accord passé avec le Maroc en matière de partage de la pension entre deux, voire plusieurs épouses du défunt marocain. Il n y a pas que le Maroc qui est lié par un tel accord avec la Belgique.


Pour ce qui concerne la double nationalité détenue par tous les européens de confession musulmane, il est temps que les législateurs européens introduisent dans les divers codes de la nationalité, l'exigence incontournable de l'abandon de la nationalité d'origine (le code marocain de la nationalité le permet) pour ceux et celles qui sollicitent la nationalité de l'un des 27 pays de l'UE.


Quant aux mariages mixtes, il est important que les responsables de l'Islam européen (imams, organes de gestion du culte etc) proclament la liberté dont doit jouir tout musulman et SURTOUT TOUTE MUSULMANE de lier sa vie avec le conjoint de son choix sans subir des anathèmes et des exclusions provenant de leur communauté. 




jeudi 21 janvier 2021

Ahidar est coupable d'avoir sinistré Daarkom

 

.

...

Il est responsable du crime contre l'interculturel que fut le fiasco de Daarkom


la communauté flamande a beau injecter 3 millions d'€ pour l'acquisition, la rénovation et l'engagement du personnel, il n'en resta pas moins que grâce à Fouad Ahidar, ce fût le Maroc qui s'accapara du butin

Tout ce que Bruxelles comptait comme khoubzistes et assistés marocains étaient présents à l'inauguration de Daarkom


L'histoire de Daarkom fut la saga à laquelle le blog Bruxellois sûrement avait consacré le plus d'articles, tant les espoirs de sortir les Maroxellois de leurs ghettos éthniques étaient grands en ce printemps de l'année 2009.


Pour ne pas alourdir mon présent récit au sujet de Daarkom, je vous renvoie aux liens de mon blog qui vous fourniront tous les détails à ce sujet.


Le projet de la création d'un Centre culturel neerlando-marocain remonte à l'année 2005.


L'idée de la création d'un tel centre n'émergea pas de l'imagination d'un khoubziste amazigho-marocain mais bien de celle du ministre bruxellois de la culture flamande Bert Anciaux. 


Le même Bert qui, tel le docteur Frankenstein,  sortit des limbes une créature "politique" en la personne de l'animateur occupationnel molenbeekois Fouad Ahidar.


Anciaux confia la mission d'interlocution avec la partie officielle marocaine à Fouad Ahidar


Durant près de 3 ans, ce projet fût débattu entre l'ambassadeur du Maroc Lahlou en poste à Bruxelles et la ministre des MRE Nouzha Chekrouni d'une part  et le député amazigh Ahidar de l'autre.


L'inauguration de ce prestigieux centre situé en plein centre bruxellois, eut lieu en avril 2009, à un mois des élections régionales.


 Ceci alors que l'immeuble la Gaîté qui devait accueillir ce centre était encore en chantier.


Il fallait bien aux Sp.a Ahidar et Anciaux trouver matière à meubler leurs dépliants et discours électoraux.


Lors de cette inauguration qui eut lieu au centre culturel Bozart, les activités culturelles devant être présentées au public invité, étaient lourdement dominées par des "artistes" des variétés et du folklore marocains venus directement du PLU-BO-PAYS-DU-MONDE.


Les pseudo artistes locaux marocains (peintres d'horreurs, poètes de pacotille et autres chanteurs immigrationnistes - misérabilistes -  colleurs d'affiches PS - subsidiés par des fonds d'aide aux immigrés, foncèrent sur les plateaux remplis de pâtisseries marocaines et autres zakouskis, oubliant même ce pourquoi ils avaient répondu à l'invitation.


Hormis le ministre Anciaux et deux ou trois de ses collaborateurs, les invités flamands de souche brillaient par leur absence.


Le Maroc qui avait allongé un million d'€ pour son partenariat avec la communauté flamande envahit cette cérémonie pour laquelle le ministre Anciaux avait versé le triple (3millions d'€)


En 2011, les travaux étaient achevés et les employés de Daarkom purent enfin prendre leurs quartiers au sein  du centre.


Une seconde inauguration eut lieu en 2011, en présence du ministre des MRE Ameur qui avait remplacé Nouzha Chekrouni. Celle-ci n'était pas partie les mains vides, puisque à l'appel de Fouad Ahidar, ceux que le Maroc considère comme la crème et l'élite de la communauté marocaine de Belgique, s'étaient cotisés pour offrir une Mercedes flambant neuve à la ministre. 


Participèrent à la collecte, outre Fouad, l'istiqlalien et repris de justice Saoud, le "journaliste" Tijjini qui n'a jamais rédigé un article, Chelbat qui fut condamné par un tribunal de commerce belge pour faux et usage de faux....et quelques autres parvenus qui constitueront par la suite la cour de l'ambassadeur Ameur.


Pour le surplus, je vous laisse ci-après les liens qui vous permettront de suivre pas à pas l'histoire de ce projet qui sombra comme un château de cartes par l'incompétence et la vénalité de ceux -  Fouad Ahidar en tête -, qui privérent la communauté belgo marocaine d'une opportunité qui allait lui permettre enfin de quitter les caves sombres de l'associatif khoubziste marocain.


https://bruxellois-surement.blogspot.com/2016/03/monsieur-khetouta-lorsque-vous.html



https://bruxellois-surement.blogspot.com/2013/06/il-etait-une-fois-daarkom.html



https://bruxellois-surement.blogspot.com/2012/04/ru-rififi-daarkom.html


4 années après son inauguration en présence de la chanteuse ennuyeuse Latifa Raafat et de l'Enrico Macias  marocain Abdelhadi Belkhayat..., la faillite de Daarkom fut annoncée, avec licenciements collectifs de son personnel.


Cause principale de cette faillite plus que prévisible: l'ignorance totale par les administrateurs du lieu, le très limité président Larbi Khetouta en tête, du fonctionnement des institutions du pays dont ils détiennent indûment la nationalité. 


Ils n'avaient point compris qu'un centre culturel soutenu à bout de bras par un ministre, Anciaux en l'occurrence, pouvait péricliter dès lors qu'un changement de majorité était intervenu en communauté flamande.


La ministre Cdnv qui remplaça Bert Anciaux à la culture, estima non prioritaire le soutien massif au centre Daarkom.


En 2018, Daarkom qui fut vidé de ses occupants khoubzistes qui laissèrent derrière eux une ardoise d'un million d'€, cessa d'exister en sombrant comme le TITANIC.


Depuis l'enterrement de Daarkom dont l'existence fut de courte durée, Fouad Ahidar décida de tourner la page et de ne jamais revenir sur ce crime abominable.


Fouad Ahidar qui était loin d'imaginer, avant l'aventure Daarkom, établir des liens solides avec le Maroc jusqu'à devenir le vassal du gouvernement marocain, devint subitement le fidèle sujet du roi Mohammed et le principal défenseur des "fondamentaux" des seuils chérifiens.


Dans le prochain chapitre (lundi prochain), il sera question notamment de l'allégeance prêtée par Ahidar au commandeur des croyants, à la défense de l'intégrité territoriale du royaume chérifien et de la proximité suspecte du député avec les jeunes radicalisés et autres terroristes




https://bruxellois-surement.blogspot.com/2016/09/fouad-ahidar-le-sujet-du-roi-du-maroc.html


https://bruxellois-surement.blogspot.com/2015/01/fouad-ahidar-tient-un-discours-tres.html

Pour accéder aux pages du blog

 .

...CLIQUEZ UNE FOIS SUR LA BARRE ORANGE 




mardi 19 janvier 2021

اسرائيل تعترف أخيرا بخسارتها

 .

في الحرب المقبلة بينها وبين إيران وحلفائها




لواء في الاحتياط الإسرائيلي: الحرب المقبلة قد تتسبب بكارثة.. جيشنا في الخلف

اللواء في احتياط جيش الاحتلال الإسرائيلي إسحاق بريك، يحذّر من "كارثة" نتيجة المبالغة في الاعتماد على سلاح الجو، و"التقليل من آثار صواريخ أرض-أرض التي تحاصرإسرائيل".
  • HtmlAgilityPack.HtmlAttribute
    صواريخ إيران وحلفائها تشكل تهديداً كبيراً للجبهة الداخلية الإسرائيلية 

قال اللواء في احتياط 
الجيش الإسرائيلي إسحاق بريك، إنه في الحرب المقبلة سيتم "إطلاق آلاف الصوارخ على الجبهة الداخلية الإسرائيلية"، ما سيتسبب بـ"كارثة وطنية لم نشهد مثلها من قبل"، خاصةً مع "فقدان سلاح الجو تفوقه".  
 
وأضاف بريك في مقال له بموقع "ميدا" الإلكتروني أن فاعلية سلاح الجو الإسرائيلي "آخذة بالتراجع أمام دخول مئات آلاف الصواريخ إلى منطقتنا، في إيران وغزة ولبنان"، بالإضافة إلى ما يملكه حلفاء إيران "في اليمن والعراق وسوريا، والتي تشكل طوقاً خانقاً حول إسرائيل".

ودعا بريك إلى استعراض قيود سلاح الجو الإسرائيلي "الذي بقي في الخلف مع نظريات الماضي التي فقدت جدواها، في حين أن الجيوش الحديثة -بما فيها الجيوش حولنا- شهدت تحولاً في رؤيتها للحرب المستقبلية"، موضحاً أن هذه الرؤية تضمنت "مئات آلاف الصواريخ أرض-أرض و المقذوفات الصاروخية والمسيرات التي غالبيتها تطلق إلى مدايات تبلغ مئات الكيلومترات وتغطي كل أراضي إسرائيل مع رؤوس متفجرة بمئات الكيلوغرامات".

واعتبر بريك أن الطائرات الإسرائيلية ستواجه المزيد من الصعوبات في مواجتها مع الصواريخ التي يُطلق بعضها من آليات متحركة، "فإلى أن تقلع الطائرات تكون الأهداف قد غيّرت مواقعها".

وفيما تبرز أهمية سلاح الجو في "مساندة القوات البرية في الحرب، من خلال المحافظة على استمرارية النيران ضد أهداف العدو بهدف تدميرها أو تعطيلها من أجل تجنيب قواتنا البرية خطرها"، تصبح المهمة أصعب بحسب بريك، في حرب تدور على عدة جبهات في آن واحد "إلى حدٍّ غير ممكن وباهظ جداً بل هناك خطورة في حجز الطائرات بشكل متواصل لمهاجمة اهداف خطيرة على قواتنا، والتي هي في الاغلب محمية بمنظومات دفاع جوي ضد الطائرات".

وخلص اللواء الإسرائيلي إلى أن "قيادة سلاح الجو الرفيعة غارقة في نظريات كارثية وما تزال متمسكة بالنظرية القديمة، التي تقول إن أساس قوة الذراع الاستراتيجي لدولة إسرائيل هو سلاح الجو الذي يرتكز على الطائرات الحربية".

وبينما تبدو "كل الجيوش حول إسرائيل مستعدة جيداً للحرب المستقبلية"، حسب تأكيد بريك، فإن الجيش الإسرائيلي "بقي في الخلف نتيجة التبجح وعدم الإبداع وضعف رؤساء الأركان في مواجهة قيادة سلاح الجو، الذي يرفض أي فكرة بشأن إقامة منظومة صواريخ أرض-أرض".

ووجّه الجنرال الإسرائيلي السابق نقده، قبل أيام، باتجاه المتحدث باسم جيش الاحتلال، متهماً إياه بأنه "يعرض واقعاً مخادعاً"، لافتاً إلى ارتفاع "نسبة عدم ثقة قادة جيش الاحتياط بالمستوى القيادي الرفيع في الجيش"، بشكل غير مسبوق.  

lundi 18 janvier 2021

ناصر الزفزافي، نبيل احمجيق، سعد الدين العثماني، احمد عصيد، عزيز أخنوش، محمد ابن عبد.الكريم الخطابي إلخ...

كل الأمازيغيين يحملون أسماء شخصية عربية....
حامي الدين

أحمد عصيد
فضيلة لعنان

نبيل وناصر


زعيم حراك الريف "ناصر الزفزافي" بالرغم من انتمائه الى منطقة الريف ودفاعه المستميت عن هويتها وثراتها، فهو يحمل اسما شخصيا عربيا . لأن ناصر اسم شخصي عربي  مشتق من " فعل نَصَر.

نبيل أحمجيق الدي دافع ولا زال يدافع بنبل كبير عن الهوية الريفيه وعدب وسجن من أجلها يحمل أيضا إسما شخصيا عربيا     

أحمد عصيد الدي يظل ليل نهار يُنَظِر للثقافة واللغة الأمازيغية، له اسم شخصي آت من الجزيرة العربية التي لايتوانى في التهجم على بداويتها. لأن أحمد أسم شخصي عربي قح

كوني أعيش ببلجيكا وأعمل داخل النسيج الاجتماعي المنبثق من أصول مغربية، أثارت انتباهي هده الظاهرة المثيرة للتساؤل والتي تكمن في حمل أسماء شخصية عربية من طرف كل الأشخاص القادمين من الريف وأبنائهم وأحفادهم والدين يشكلون غالبية المغاربة بالأراضي المنخفضة

لما اتمعن في أسماء السياسيين والسياسات من أصول مغربية أمازيغية، اسجل طابعها العربي القح مثل فضيلة لعنان او رشيد مضران، أو فؤاد أحيضار او جمال إقازبان او محمد الورياغلي وهلم جرا...حتى الوصول إلى صفية ابو عرفة وبديعة البلغيتي

كل السياسيين المنبثقين من الريف يحملون أسماء عربية. ليس هم وهن فحسب بل كل المغاربة المتواجدون ببلجيكا القادمون لها من الريف يحملون أسماء عربية بل أسماء تمجيدية لأبطال مسلمين كبلال وعلي وعمر وخالد وحتى فيصل وسلمان ونصر الدين وما أكثر نور الدين وعائشة وأبي بكر و الزهراء بينهم.

 أغلب أبنائهم يحملون اسم الرسول محمد حسب استطلاع أجرته مجلة بلجيكية مختصة بهدا الشأن حيث حصل هدا الاسم الشخصي على رقم قياسي داخل الجالية  من أصول مغربية لسنتين متتاليتين

ابو ناصر الزفزافي يحمل إسم أحمد وأمه اسم زليخة

أسجل هده الظاهرة باستغراب بالرغم من عجزي على استيعابها وعدم قدرتي على شرح أسبابها وجدورها

إلا أنني سأتناول  في مقال لاحق التطرق لها بشكل معمق وأستدعي كل متتبعي وقرائي للمساهمة في اختراق هده الظاهرة الغريبة


Serie Élus allochtones (3): Fouad Ahidar...

.
...l'homme qui rencontra par hasard, la politique


Bert Anciaux, l'homme politique,  père spirituel et mentor de Fouad Ahidar



Si Fouad est un élu néerlandophone, issu d'un parti néerlandophone, il fait toute sa campagne en langue française et s'exprime en permanence dans la langue de Voltaire.

Ma première rencontre avec Ahidar remonte au milieu des années 1990, lorsqu'il prestait comme animateur dans une maison de jeunes difficiles à Molenbeek "Le West Centrum". 

Un centre fréquenté exclusivement par des adolescents marocains

Ce lieu de rencontres pour des adolescents du quartier Osseghem - Étangs noirs émargeait et émarge toujours à l'institution VGC (Vlaamse gemeenschapcommissie ou commission communautaire flamande), l'une des structures socio culturelles attachée à la Région de Bruxelles-Capitale.

A cette époque, le jeune Fouad Ahidar ne songeait point à un dessein politique qui alla le mener bien plus tard à devenir Vice-president du parlement de la Region de Bruxelles-Capitale.

La modeste maison des jeunes disposait d'un minimum d'équipements occupationnels ou ludiques: deux tables de ping-pong, un kicker en piteux état, de quelques jeux de société et autres BD éparpillés sur des tables de différents couleurs.

Il m'avait paru être un lieu destiné davantage à tuer le temps qu'à acquérir l'une ou l'autre formation.

Tous s'exprimaient en français brusseleer. Une langue que Fouad semblait bien maîtriser.

Les échanges que j'avais eus avec lui au sujet des conditions de vie de la jeunesse issue de l'immigration me révélèrent un jeune homme particulièrement révolté par le peu d'intérêt qu'accordaient les pouvoirs publics à cette jeunesse.

En 1997, Ahidar dont le discours empruntait davantage à la phraséologie maoïste du Ptb, prend sa carte d'adhésion au parti néerlandophone droitiste ID21, proche de la formation nationaliste flamande "Volksunie". Et à la demande de Bert anciaux, dirigeant de cette formation, il se porta en 1999 candidat sur la liste régionale bruxelloise du cartel liberalo-nationalisto-independant VLD-WU. 

Il ne sera pas élu comme il ne le sera pas aux communales de 2000 à Koekelbergh alors qu'il figurait comme tête de liste du parti Volksunie.

Peu après, il suivra Bert Anciaux à Spirit (formation nationaliste de gauche) lors de la scission de la Volksunie intervenue en 2001
  
Il se porte candidat sur la liste de cette formation pour les élections sénatoriales de 2003. Une nouvelle fois il rate le coche et l'élection.

Ce fût à ce moment que Fouad comprit qu'il ne pouvait être élu en menant campagne auprès d'un électorat "echt nederlands" et en se contentant de rouler pour le parti.

Il décida alors de descendre sur Molenbeek, de s'exprimer en Rif et en français pour rallier les jeunes électeurs amazigh.

Ce "retour aux sources" ethniques comme l'appellera Fouad, lui réussit puisqu'en 2005, il est élu député à la Région de Bruxelles Capitale. Fonction qu'il retrouvera en 2009, 2014 et 2019


Le providentiel Bert


Fouad Ahidar ne se serait jamais frayé un chemin dans la politique représentative sans son mentor et son père spirituel Bert Anciaux.

Les deux hommes deviendront des amis inséparables et participeront à la réalisation de nombreux projets sociaux culturels bruxellois, dont l'acquisition du théâtre "la Gaieté" qui deviendra en 2009, la prestigieuse maison culturelle neerlando-marocaine (Daarkom)

Cependant, sans son émancipation de la tutelle politique de Bert Anciaux, Fouad Ahidar n'aurait jamais réussi à percer sur le plan électoral 

Il doit beaucoup à Anciaux qui l'a propulsé durant les années d'échecs électoraux vers des cabinets ministériels néerlandophones dont ceux occupés par son ami Bert.

Ce fût là que Fouad s'instruisit à la gestion des dossiers émargeant à la politique.


Fouad, l'homme politique qui parle plus vite que son ombre


A peine élu en 2005 au parlement bruxellois, Fouad Ahidar débite une connerie aussi obèse que son ventre. Commentant pour rtl le meurtre du jeune Joe Van Holsbeek intervenu le 12 avril 2006 dans le hall de la gare centrale, il déclara en attribuant trop vite ce meurtre à des jeunes marocains de la capitale, qu'il était outré par le racisme anti blanc qui d'après lui se répandait dans la capitale.



Il ira même jusqu'à interpeller Laurette Onkelinkx alors ministre de la justice pour exiger d'elle de lutter contre ce "fléau"

Pour la petite histoire, la Grosse Bertha nommée Fouad se trouvait en vacances espagnoles au moment des faits. 



La suite lundi prochain sur votre blog préféré "Bruxellois, sûrement "

Il sera question du patron d'une société de gros bras videurs, du rapprochement de Fouad avec les officiels marocains et d'autres infos croustillantes se rapportant au personnage.




dimanche 17 janvier 2021

Israël a déjà perdu...

 .

....sa guerre contre l'Iran




Depuis sa reconnaissance par l'ONU en 1948, une doctrine constante a marqué la politique israélienne: détruire ou domestiquer tous les états arabes et musulmans proche et moyen orientaux importants, que les sionistes pensent  constituer une menace pour leur état.


- L'agression tripartite 


https://www.linternaute.fr/actualite/guide-histoire/2382809-crise-du-canal-de-suez-histoire-resume-origines-du-conflit-en-egypte/


menée en 1956 contre l'Égypte de Nasser, cette attaque à laquelle s'étaient associés Israël, la France et la Grande Bretagne colonialistes, fut la première tentative guerrière d'envergure entreprise par l'état sioniste et ses alliés occidentaux contre un grand pays arabe, qui plus est, a des frontières communes avec la Palestine.


Nasser haranguant les foules lors de l'agression tripartite de 1956 contre son pays 

Cette agression contre l'Égypte fut l'oeuvre d'une alliance secrète actée par le protocole de Sèvres, une alliance mise sur pied à l'instigation d'Israël, et à laquelle se joignirent la France et le Royaume uni suite à la nationalisation du canal de Suez par le président Nasser.


La résistance farouche de l'armée égyptienne, soutenue par les armées syrienne et jordanienne, fit échouer le plan israélien visant à détruire les infrastructures tant militaires qu'industrielles égyptiennes  en plein essor à cette époque. 


L'armement russe fourni massivement à l'Égypte, fût décisif dans la victoire égyptienne.


Lors de cette guerre d'agression, des dizaines de milliers de combattants arabes volontaires, affluèrent vers l'Égypte pour soutenir dans les tranchées, l'effort de résistance égyptienne.


Déjà à cette époque, l'Egypte constituait aux yeux des sionistes le principal état à détruire, de par la place que ce pays occupait dans les guerres anti coloniales qui faisaient rage tant au Maghreb qu'au Machrek.


- Juin 1967 (guerre des 6 jours)


 Cette attaque verra la destruction par Israël lors de son agression éclair contre l'Egypte, des principales ressources militaires du pays des pyramides.


Conquête israélienne du Sinai en juin 1967

Cette victoire de l'armée sioniste n'a pu se réaliser que grâce à un intense travail d'infiltration  mené par le Mossad israélien au sein même de la direction politique égyptienne et surtout parmi les officiers libres entourant le Raïs égyptien.



Mais l'apport décisif apporté à la victoire d'Israël fut sans conteste l'autorisation fournie par le roi Hassan II du Maroc au Mossad, de pouvoir procéder à l'enregistrement de tous les débats de la conférence de la Ligue arabe, qui s'était tenue à la veille de la guerre des 6 jours, dans un prestigieux hôtel de Casablanca


- Octobre 1973 (guerre du Ramadan)


Dans un secret total, l'armée égyptienne qui n'avait pas digéré sa défaite de juin 1967, traversa massivement le Nil à une vitesse fulgurante, bousculant et enfonçant à de nombreux endroits, les défenses israéliennes établies en terre égyptienne à la suite de la guerre de 1967.


La Ligne Bar Lev est reconquise par l'Égypte à la grande surprise de l'état-major de l'armée sioniste qui tarda à comprendre le déroulement de l'offensive conjointe egypto syrienne, à laquelle s'étaient joints la plupart des états membres de la Ligue arabe.


Ayant échappé à deux coups d'état militaires successifs (1971 et 1972), et engagé dans une vaste opération consistant à purger l'armée marocaine de ses éléments les plus hostiles à la monarchie, Hassan II profita du déclenchement de la guerre du Ramadan pour envoyer en Syrie (sur le plateau du Golan), des milliers de soldats et officiers marocains, pour affronter dans des combats au "corps à corps", les unités terrestres de l'armée sionistes.


Cette offensive qui avait débuté à l'avantage de l'Égypte et de la Syrie fût stoppée net par une menace précise et imminente des états-unis, d'user de sa force nucléaire contre l'Égypte.


- Et 1978, Sadate proposa à Israël et son protecteur US, la conclusion d'une paix qui mit son pays définitivement hors des tensions avec son voisin israélien 


Le but sioniste visant à sortir l'Égypte de l'équation proche orientale fût ainsi atteint.


- 1981: Attaque contre la centrale nucléaire irakienne


 tranquillisé sur le front égyptien, et toujours décidé à briser tous les états arabes d'importance, Israel bombarde la centrale nucléaire irakienne de Tammouz, parvenant à lui causer de très graves dégâts. 


N'ayant pas de frontières communes avec le pays de Sadsam Hussein, Israël fera tout pour dresser ses alliés arabes contre le dictateur de Baghdad.


Il parviendra à ses fins lorsque Saddam Hussein envahira le Koweit, provoquant les causes ayant conduit son régime à sa fin.


- Le front iranien


Pendant que les Etats unis et Israel étaient occupés à régler leurs comptes à l'Irak, au Soudan et à la Syrie présente au Liban, discrètement mais avec une rapidité et une efficacité diaboliques, l'Iran s'était engagé a se constituer l'un des arsenaux militaires les plus puissants et les plus sophistiqués du Moyen Orient.


Avec l'aide de la Russie et de la Chine et l'apport de savants et techniciens occidentaux, le pays des Mollahs développa en un temps record, une puissance de feu impressionnante. 


Son programme nucléaire présenté par l'état iranien comme ayant des objectifs strictement civils, éveilla les craintes israéliennes et accessoirement américaines. 


Mais préoccupée par l'émergence d'autres foyers de tensions, en Asie notamment, les USA hésitèrent à suivre Israël dans sa logique d'une guerre ouverte avec l'Iran.


De leur côté, les russes et les chinois feront tout pour tempérer aux Nations unies les velléités guerrières israéliennes.


Aidé de ses alliés, l'Iran s'inscrit dans le cadre d'un accord international l'obligeant à mettre des limites importantes à l'enrichissement de l'uranium dont il dispose.


Israël qui veut en découdre avec l'Iran voit d'un mauvais œil la conclusion d'un accord qui, à ses yeux permet au pays de Khamenei de continuer à se doter d'armements très sophistiqués.


Provenant de Russie notamment où fabriqués en grandes quantités en Iran, ces armes sont considérées par Israël comme une menace vitale pour sa sécurité, voire même pour son existence.


L'embargo occidental imposé à l'Iran par l'Occident avant cet accord est levé et permet à Téhéran d'utiliser les rentes financières provenant de son pétrole, pour renforcer sa puissance militaire et  fournir des armes  en grandes quantités à ses alliés syriens, yéménites et Gazaouis, mais surtout à faire du Hezbollah libanais, une armée des plus menaçantes pour la sécurité de l'état sioniste.


Ne voulant pas engager des troupes américaines sur le front iranien comme le lui demanda à maintes reprises Benyamin Netanyahou, Trump cherchera à constituer avec les pays du Golfe, un front arabe dont la mission est de se substituer à Israël pour livrer une guerre générale à l'Iran.


Cependant, ce front qui tardera à se mettre en place, ne semble pas à ce jour, fiable pour le déclenchement d'un conflit généralisé avec l'Iran.


Un Iran qui de son côté, menace de procéder à l'ouverture de tous les fronts où ses alliés se tiennent prêts à livrer bataille pour le soutenir.


Israël qui a perdu deux décennies en tergiversations sans passer à l'action contre l'Iran, laissant à ce pays le temps de se doter d'un arsenal autant redoutable qu'impressionnant et de renforcer les capacités militaires de ses alliés, se trouve paralysé aujourd'hui face aux capacités militaires iraniennes.


D'autant que le départ de Trump de la Maison blanche et l'arrivée au pouvoir de Biden,  compromettent irrémédiablement la stratégie guerrière anti iranienne du premier ministre israélien 


Au tour de l'Algérie?


Le dernier grand pays arabe visé par Israël en vue de sa destruction n'est autre que l'Algérie.


Pour cette aventure, Israël qui vient de conclure un accord stratégique avec le Maroc, fera tout pour provoquer une guerre généralisée entre ces deux pays du Maghreb.


Et parvenir ainsi à affaiblir économiquement et militairement l'Algérie qui reste le dernier grand pays arabe à refuser toute normalisation avec les sionistes

samedi 16 janvier 2021

Le roi Mohammed VI normalise...

 .

...ses relations avec Israel


A Paris (nov 2018) lors de la commémoration de l'armistice 


De l'avis unanime de toute la presse internationale - les médias marocains، eux, se rangeant tous, par peur ou servilité, derrière la décision royale -, personne au Maroc n'a participé de près ou de loin à l'élaboration de la politique du palais royal marocain pour ce qui concerne la normalisation des relations du Maroc avec Israel.

Au Maroc, aucun dirigeant de parti politique, aucun parlementaire,. aucun syndicaliste ni aucun intellectuel ou expert indépendant en matiere de politique étrangère n'a été mêlé aux tractations maroco-israëo-US ayant conduit à ces accords trilatéraux.

Seul le roi endosse la responsabilité de la normalisation avec ceux que le premier ministre islamiste de Sa Majesté, qualifiait il y a 5 mois "d'assassins d'enfants palestiniens avec lesquels, tout contact sera assimilé à une haute trahison"

La question que l'on peut légitimement se poser est celle de savoir si comme l'affirme la diplomatie marocaine, les discussions ayant conclu à ses accords ont réellement duré deux ans

Cette affirmation marocaine ne repose sur aucun élément palpable, concret ou établi. 

Elle est juste lâchée pour accréditer le fait que Trump ne s'est pas précipité quelques semaines avant son départ de la Maison blanche pour rédiger un tweet annonçant les contours de ces accords.

Elle est aussi avancée de manière arbitraire et point étayée par des faits vérifiables, pour accorder au roi Mohammed VI une stature de dirigeant sérieux et de stratège réfléchi et hautement compétent en matière de politique étrangère. 

En réalité, cette profession de foi en la grande maturité du monarque marocain et sa pretendue maîtrise des jeux de la diplomatie en cette circonstance, ne reposent que sur du vent.

Citons de nombreux faits et événements liés à la politique internationale qui battent en brèche les déclarations du palais marocain quant à la durée de 2 ans qu'auraient pris ces tractations

1- Tout le monde se souvient de l'attitude plus que contrariée de Donald Trump، le 11 novembre 2018, face à un roi du Maroc pris dans les bras de Morphée et manifestement insensible au discours que tenait Macron à ce moment précis.

Signalons au passage que Vladimir Poutine qui rejoignit le premier rang des éminences présentes lors de la commémoration de l'armistice, serra plusieurs mains mais rebroussa chemin dès lors qu'il s'était trouvé face à Mohammed VI.

2- Avant cette scène plus que déplacée d'un roi somnolent, la plupart des observateurs politiques marocains se rappellent de la tentative ratée du monarque marocain tentant de rencontrer Trump en Floride.

En effet, fin avril 2017, Mohammed VI qui se trouvait à Cuba en visite "privée", reçoit un important message émanant d'un "important" homme d'affaires; message lui indiquant qu'une rencontre du souverain marocain avec Trump, était arrangée en Floride.  

Le mystérieux intermédiaire demanda au roi  de rallier Miami toutes affaires cessantes. Ce que le monarque marocain fit. 

Bien que se trouvant à Miami, Trump, et contrairement à ce qu'affirmait l'homme d'affaires, ne rencontrera pas Mohammed VI à cette occasion. Au grand dam du roi du Maroc

Une expression marocaine très populaire dit: :il lui a fait la barbe". Voltaire dirait: "Il lui a posé un lapin"

Mohammed VI qui nourrissait le rêve d'un jour, rencontrer Trump en tête à tête, ne put jamais réaliser ce rêve 

C'est que le président américain, très vénal et pique sous n'avait jamais pardonné à Mohammed VI, le généreux don de 12 millions de dollars offerts à Hillary Clinton en soutien à la campagne électorale de l'épouse de Bill.

La diplomatie marocaine a vainement tenté de tromper Trump en présentant le don royal à Hillary, comme une œuvre de mécénat en faveur d'une organisation charitable présidée par la rivale de Trump. Il fallait plus que cela pour berner le président sortant des USA.




En conséquence, le mensonge relatif à la durée de deux ans de tractations ayant conduit à la conclusion des récents accords de normalisation entre Israel et le Maroc relève du bluff.

La réalité qui saute aux yeux de tout observateur perspicace réside dans la pression exercée par Netanyahou qui s'est démené comme un beau diable pour convaincre Trump à quelques semaines de son départ de la Maison blanche, de l'aider à rallier le Maroc au bloc arabe hostile à l'Iran

En jouant cavalier seul dans cette pièce très risquée pour son pouvoir, Mohammed VI s'est mis à dos l'écrasante majorité du peuple marocain, très hostile à ce genre d'arrangements.

Pour peu que Biden dénonce le marché conclu entre Trump et Mohammed VI concernant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, l'on assistera à des mouvements qui iront crescendo contre le deal contracté par le roi



Le roi du Maroc se trouve davantage à son aise avec les Démocrates qu'avec les Republicains








vendredi 15 janvier 2021

jeudi 14 janvier 2021

Le député bourgmestre Ahmed Laaouej (partie 2)j


 a approfondi les divisions au sein du PS


 Daif et Ikazbane (faisant le signe de ralliement des frères musulmans), font partie des soutiens de Laaouej



Outre qu'il a compromis sa propre carrière politique qui lui ouvrait une voie royale vers un maroquin ministériel au Fédéral, Ahmed Laaouej a considérablement approfondi les divisions claniques au sein de la fédération bruxelloise du PS


Son entêtement à vouloir succéder à Moureaux à la tête de la Fédé, contre la volonté de la branche pseudo laïque du PS, a conduit à l'éclipse totale du parti "socialiste" du débat bruxellois. Et du débat national par la même occasion


En réalité, Ahmed Laaouej s'est fait manœuvrer par le bourgmestre de Bruxelles-Ville. Philippe Close savait que Laaouej visait la Vice présidence nationale du PS.


Close s'est alors empressé d'encourager Laaouej à se porter candidat à la présidence de la fédération bruxelloise, l'assurant de son soutien franc et massif.


https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_philippe-close-bourgmestre-de-bruxelles-ps-le-gouvernement-vivaldi-est-desormais-ineluctable%3Fid%3D10582022&ved=2ahUKEwjzuYiJkp7uAhVFyaQKHVLzA7wQFjABegQIBhAB&usg=AOvVaw2VGwN1Z09HeFrakEWwOcaH


Pourquoi cet intérêt de Close pour Laaouej? Simplement parce que Close visait la Vice présidence nationale du PS, fonction qu'il décrocha sans de gros problèmes après avoir écarté de son chemin un rival aussi coriace que Laaouej


Ahmed Laaouej a entériné cette situation et se contente de manifester une visibilité médiatique à travers sa fonction de chef de groupe PS au parlement fédéral 


Sauf que cette nouvelle visibilité le réduit fortement puisque le PS siège au sein de la majorité et qu'Ahmed Laaouej aura très peu l'occasion de monter au créneau pour dénoncer, comme il le faisait du temps de la précédente législature, les dérapages de Jambon et surtout de Theo Francken.


A noter qu'Ahmed Laaouej abordait très rarement les questions institutionnelles dans ses interventions leur préférant celles se rapportant au racisme et aux discriminations. Et accessoirement des sujets relatifs aux questions économiques et sociales.


S'étant fait seul et sans emarger à l'un ou l'autre clan du parti, Ahmed Laaouej ignore quasi tout des jeux claniques, de chapelles et de baronnies au sein du PS. 


Il ne sait pas qu'à eux seuls, le travail et l'effort sont loin de constituer la règle pour la promotion des cadres et des militants.


Car Ahmed ne fait pas partie de l'appareil et ne comprend que dalle à son fonctionnement.


Le PS a cessé d'être une formation politique régie par l'idéologie et les principes pour devenir un champs de concurrence et de rivalités entre familles.


En 2024, si Ahmed est toujours président de la fédé - ce dont je doute fortement, puisqu'en 2023 ,  ce sera Close qui mobilisera ses troupes pour gagner cette élection - cette entité risque tout simplement l'éclatement lorsqu'il s'agira d'élaborer les listes communales et surtout régionales à Bruxelles.


L'absence d'un patron charismatique comme le fut Philippe Moureaux, sera fatale au parti qui ne dispose actuellement que de cadres opportunistes et gagne petit. Des cadres sans personnalité ni relief.


Ce qui sera davantage plus préjudiciable à la fédération bruxelloise du PS résidera dans la mainmise sur les rouages régionaux de cette formation, de cadres marocains ou plus exactement Amazigh, issus du Rif. Des Amazigh comme Laaouej, Madrane, Laanane, Ikazbane, Daif, Ouriaghli, Ziane...


Outre être devenu un parti de marocains à Bruxelles, le PS dont les cadres et autres élus obéissent au doigt et à l'oeil aux imams et autres responsables des mosquées bruxelloises, et obtempérent aux instructions de l'ambassadeur du Maroc,  s'est mué en parti islamiste.

Ce qui explique la débâcle de la liste Islam aux scrutins précédents, réside dans le fait que le public musulman identifie les cadres marocains du PS, qu'il rencontre tous les vendredis à la mosquée, comme représentatifs des intérêts des musulmans bruxellois.



80% des attributions détenues par le College koekelbergeois sont entre les mains des 2 députés fédéraux Laaouej et Aouasti

-
Philippe Close, l'élu aux 18 mandats, est vice-président du PS (francophone)